Thursday, July 18, 2024
News

Ligue des champions : l’Atletico Madrid élimine l’Inter Milan aux tirs au but et rejoint les quarts

Battu 1-0 à l’aller et mené au score au retour, l’Atlético Madrid s’est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions en renversant l’Inter Milan, finaliste sortant, aux tirs au but (2-1 a.p 3 t.a.b à 2) mercredi au stade Metropolitano.

C’est pourtant l’Inter qui a le mieux entamé la rencontre. Federico Dimarco a conclu une très belle action collective intériste pour l’ouverture du score (33e), mais Antoine Griezmann, de retour de blessure, a égalisé dans la foulée d’une frappe en pivot (35e) avant que l’entrant Memphis Depay ne remette les deux équipes à égalité sur l’ensemble des deux matches (87e). Lors des tirs au but, le gardien de but de l’Atletico Jan Oblak a repoussé les tentatives d’Alexis Sanchez et Davy Klaassen. Lautaro Martinez a manqué la sienne. Le tirage au sort des quarts est prévu vendredi aux alentours de 12h00.

Intensité C1

Certes l’Inter a gagné le match aller à domicile dans son antre de Giuseppe Meazza (1-0), mais avec un seul petit but d’avance tout restait possible pour cette manche retour. Les Colchoneros l’ont bien compris et ont mis la pression d’entrée dans le camp adverse. Samuel Lino a dégainé en premier avec une première frappe repoussée par Yann Sommer, mais pas la dernière.

Petit à petit la rencontre s’est équilibrée, laissant plus de place au jeu des Interistes, qui ont pris leurs aises au point d’aller ouvrir le score à la 32e. Barella s’est excentré pour laisser le champ libre à Dimarco dans la surface. Le milieu a servi son latéral au point de penalty qui n’avait plus qu’à conclure. Dans la foulée, l’Atletico ne s’est pas laissé abattre, et a répliqué grâce à la superbe passe (involontaire) de Benjamin Pavard pour son grand copain de l’équipe de France, Antoine Griezmann. Celui-ci ne s’est pas fait prier, il a conclu du pied gauche pour relancer les siens. À la pause, les deux équipes étaient dos à dos, et les visiteurs gardaient encore leur avantage du match aller.

Depay, le facteur X

Dans le second acte, les Nerazzurri ont tenté de faire baisser le rythme pour faire tourner la partie en leur faveur, mais l’Atletico n’avait pas dit son dernier mot. Après 35 minutes où seule une tentative de Griezmann a alerté Sommer, Morata a laissé sa place à Depay, et tout a changé. À peine entré en jeu, le Néerlandais s’est montré en se procurant plusieurs occasions, à chaque fois de plus en plus dangereuses. L’Inter était prévenu, mais Memphis a leur a mis un grand coup de massue sur la tête. À la 87e, il s’est frayé un chemin dans la surface et a marqué le but de l’égalisation sur l’ensemble des deux matches, entraînant l’adversaire dans l’enfer des prolongations.

Trente minutes plus tard, les Rojiblancos ont poussé, et ont fait tout ce qu’ils ont pu pour faire tomber les hommes d’Inzaghi avant la séance de tirs au but redoutée de tous. Mais aucune équipe n’a su s’échapper du piège. Le portier slovène Jan Oblak s’est illustré en premier en repoussant la tentative d’Alexis Sanchez. Le Suisse Yann Sommer lui a répondu et a arrêté la frappe de Saul Niguez. Oblak a ensuite écœuré l’Inter sur le tir de Klassen. Deux penaltys plus tard, Lautaro Martinez s’est élancé et a envoyé son ballon dans les tribunes du Wanda Metropolitano, scellant les espoirs de qualification interistes.

Comme souvent l’Atlético, a su s’y prendre face à une grande écurie européenne. Ce mercredi soir, c’est un petit exploit qu’ils ont réussi à faire en éliminant l’un des favoris à la victoire finale, probable futur champion d’Italie.